Welcome to the website of Otto-prod! Follow the current Art Production program on this page.


Exposition monographique, Marseille, du 8 novembre au 15 décembre 2018
master/slave - exposition monographique de quentin destieu - vernissage : 8 novembre 2018 à artcade, marseille
written on October, 10th, 2018 - Marseille, France

master/slave par Quentin Destieu



soon, résidence aux ateliers clausRefonte, Quentin Destieu & Sylvain Huguet


master/slave

exposition monographique de Quentin Destieu – Collectif DARDEX
Galerie des Grands Bains Douches de Marseille
du 08 novembre au 15 décembre 2018

Exposition dans le cadre du Festival Gamerz 14 et de Chroniques – Biennale des Imaginaires Numériques


OTTO-Prod et les structures Artcade, Diffusing Digital Artet M2F Créations | Lab GAMERZ invitent Quentin Destieu – cofondateur du festival GAMERZ et artiste doctorant – à investir la Galerie des Grands bains douches de la Plaine et rassembler pour la première fois à Marseille un corpus d’œuvres réalisé́es au cours de ces dix dernières années.


master/slave

« Rien ne discrédite aujourd’hui plus promptement un homme que d’être soupçonné de critiquer les machines », écrivait Günther Anders dans L’Obsolescence de l’homme en 1956.

Malgré les avancées positives suscitées par l’apparition des technologies numériques, nous voyons apparaître désormais différents symptômes représentatifs d’une société en crise dans laquelle ces technologies sont devenues incontournables et omniprésentes, entraînant à l’échelle mondiale de profonds bouleversements politiques, sociaux, économiques, écologiques et artistiques.
Face aux pensées techno-positives qui animent les scènes politiques, industrielles et financières depuis plusieurs décennies autour des notions obsolètes de progrès et d’innovation, s’organisent des réflexions de la part d’une contre-culture où artisans, artistes et intellectuels dénoncent une forme de « dystopie orwellienne »1  actuelle dans laquelle l’individu perd peu à peu sa liberté et son autonomie au profit des machines et de l’élite qui les fabrique.
Cette vision critique d’une société d’« hyper-contrôle », dont les objectifs principaux seraient le profit économique et le contrôle de l’individu, est à l’origine de nouvelles fabriques numériques qui défendent des utopies alternatives et égalitaires dans lesquelles elles proposent à l’humanité de renverser ce rapport de domination par son droit à une certaine ‘souveraineté technologique’ : intelligence collective, accès au savoir-faire commun, Do It Yourself.
Quentin Destieu est de ces artistes qui, au-delà d’utiliser les technologies numériques comme matériaux de création, les utilisent comme supports de réflexion. Par son exposition éminemment politique « master/slave », dont le titre reprend une terminologie de programmation informatique aujourd’hui controversée (2), il mêle avec humour actes psycho-magiques et détournement de technologies dites ‘numériques’ comme armes de subversion aux tendances techno-libérales dominantes : une reconquête personnelle, empreinte de liberté, des techniques et ressources face à une forme de matérialisme exacerbé détrônant la philosophie humaniste.

 

(1)1984  est un livre d’anticipation de Georges Orwell datant de 1948

(2) la paire "master/slave" (terminologie de langage de programmation) a récemment été remplacée par des terminologies comme "leader/follower" ou "primary/replica" par la communauté Python.


http://www.festival-gamerz.com

soon, résidence aux ateliers claus


Production originale, Colombie, du 12 au 24 Septembre 2018
LOS PALACIOS - parcours et rÉsidence en colombie
written on September, 29th, 2018 - Marseille, France
soon, résidence aux ateliers clausIllustration d'un nid de mélipones. Crédit : The Gutenberg Project


LOS PALACIOS

Parcours et résidences de recherches en Colombie autour du projet artistique Les Palais par l’artiste Luce Moreau, accompagnée de Constance Meffre, Marine Douet et Dominique Hardouin.
Du 12 au 24 Septembre – à Bogotá, Medellín, San Rafael, Maceo, Santa Marta, Barranquilla.


Durant 12 jours en septembre, l’artiste Luce Moreau voyagera dans plusieurs villes de Colombie afin de continuer ses recherches plastiques et théoriques dans le prolongement du projet international Les Palais qu’elle mène depuis 2015. Pour ce faire, la directrice artistique Constance Meffre (DDA), l’artiste franco-colombienne Marine Douet et l’apiculteur Dominique Hardouin l’accompagnent lors de ce voyage à la rencontre de méliponiculteurs* amérindiens, d’universitaires spécialisés et de professionnels de la scène artistique locale. Autant de temps forts favorisant l’observation des techniques, matériaux et coutumes mélipones en vue de leur mise en regard avec la pratique plastique actuelle de l’artiste.

* Présente dans toute l’Amérique latine, depuis le Mexique jusqu’en Argentine, l’abeille endémique Melipona ou « abeille sans dard » intrigue tant la communauté apicole que scientifique pour ses constructions rhizomiques et les vertus de son miel. La mélipone construit de véritables cités dont le principal bâti pyramidal abritant les individus s’organise sous la forme de plateaux et terrasses, au centre de tout un réseau de cuves comme autant de réserves de ses vivres. Les colonies y vivent harmonieusement et les méliponiculteurs sont gardiens de la bonne gestion forestière, assurant par là-même un équilibre écologique dans un pays où la forêt luxuriante occupe une grande majorité du territoire.   

Cette organisation architecturale offre au projet Les Palais un support de recherches et de travail en regard des dernières réalisations de Luce Moreau autour de l’architecture utopique et des sociétés communautaires (L’espace, L’Avenir, Hémicycle, Brèches Mécaniques…) ; le volet latino-américain Los Palacios dont le sujet d’études sera l’abeille mélipone s’oriente intuitivement vers un télescopage des techniques de sculpture à la cire perdue, de modélisation 3D, d’archéologie et du patrimoine précolombien. La résidence et les multiples rencontres programmées en Colombie permettront à l’artiste et son équipe d’affiner ces intuitions et de travailler aux réalisations artistiques.


A propos de Nature ordonnée
(Projet à long terme initié en 2015 en Slovénie, poursuivi en France et en Suisse.)
Par opposition à l’incontestable «ordre naturel des choses»,  « Nature ordonnée » interroge la relation réversive entre la société humaine et les organisations animales ; l’ascendance de l’une sur les autres, mais aussi l’interpénétration de leurs systèmes et comportements, dont le dessein commun est la survie. Modules chimériques, conquête spatiale, Palais Sociétaire, entomologie,  mimétisme, architecture utopique, géométrie, système politique, camouflage constituent un ensemble vaste et indéfini de mes diverses approches du sujet.
Au cœur de la ruche, les reines engendrent des ouvrières et les ouvrières produisent des reines. Une colonie d’abeilles est donc immortelle même si les individus qui la constituent sont mortels. Or l’abeille est aujourd’hui également devenue un symbole de la dégradation exponentielle des habitats naturels, de l’état général de la nature et son dépérissement certain. Un scénario apocalyptique, légende urbaine attribuée par erreur à Albert Einstein, entraine l’abeille et sa disparition prochaine vers l’extinction de l’espèce humaine. Une dystopie écologique dont la butineuse est centrale, gardienne d’un équilibre précaire, vient transformer l’imaginaire collectif humain et ses symboles d’infini.

« Les Palais » résultent de la rencontre entre les constructions d’un imaginaire humain et celles provenant de l’instinct d’insectes. Les expérimentations soumettent à des colonies d’abeilles et à leur ingénierie les plans de complexes architecturaux humanistes, dédiés à l’Humanité, dans une utopie de société solidaire et progressiste : le Phalanstère, Palais Sociétaire imaginé par Charles Fourier au XIXème siècle et la Station Orbitale dessinée début XXème par l’ingénieur Herman Potočnik dit Noordung, qui assurerait dans l’espace un habitat ‘de secours’ dans lequel serait recréée la gravité terrestre.

Production en Colombie
Diffusing Digital Art & Otto-Prod, avec le soutien de l’Institut Français, la Région PACA, et la Ville de Marseille.
soon, résidence aux ateliers claus


Production originale, Bruxelles, du 26 février au 12 mars 2018
Échos de l’indÉpendance - rÉsidence aux ateliers claus @ bruxelles
written on mars, 29th, 2018 - Marseille, France
soon, résidence aux ateliers claus


Résidence de l'artiste Paul Destieu aux Ateliers Claus avec Guillaume Stagnaro et Constance Meffre ; temps de recherches, d'expérimentations et restitution publique des installations en fin de résidence.

Photos : merci à Constance Meffre!


Production originale, Marseille, du 5 au 9 février 2018
Échos de l’indÉpendance - ! soon ! du 26 fev. au 12 mars
r
Ésidence aux ateliers claus @ bruxelles
written on February, 23th, 2018 - Marseille, France
soon, résidence aux ateliers claus


Production originale, Marseille, du 5 au 9 février 2018
Échos de l’indÉpendance - rÉsidence de recherche au gmem
written on February, 10th, 2018 - Marseille, France
presentation Résidence dans le Lot




Production originale, Marseille, le 15 janvier 2018
Échos de l’indÉpendance - sÉance de transfert numÉrique sur film argentique @ fotoprod
written on January 16th, 2018 - Marseille, France
télécinéma au studio Fotoprod


Production originale, Aix-en-Provence, le 5 décembre 2017
Échos de l’indÉpendance - sÉance de prise de vue au 3bisf
written on December 8th, 2017 - Marseille, France
prise de vue au 3bisf




Production originale, Aix-en-Provence, 2017-2018
Échos de l’indÉpendance - presentation du projet
written on December 8th, 2017 - Marseille, France

prise de vue au 3bisf

Le projet « Échos de l’indépendance » propose l’élaboration d’une partition plastique par le prisme de la photographie. Ce projet de création prémédite une installation qui rejouerait la forme du concert et dont l’interprétation serait confiée à un ensemble de projecteurs diapositives : appareil optique dont le fonctionnement d’automate rudimentaire offre une vision technologique auto-réflexive, singularisant le rapport entre le geste musical et les mécanismes du réflexe.
Le projet se développe en une composition automatisée dans laquelle photographie et création sonore se conjuguent en un séquençage audio-visuel percussif, permettant de révéler les mécanismes fascinants du geste sonore et offrant une appropriation de la fondamentale faculté de coordination psychomotrice des différents membres du musicien, ou «expérience d’indépendance».

"Echos de l'indépendance" est un projet de Paul Destieu produit par OTTO-Prod. Il reçoit le soutien de la SCAM (bourse "Brouillon d'un rêve - Ecriture et formes émergentes").
Chargées de production : Constance Meffre, Luce Moreau
Avec : Guillaume Stagnaro, Jérôme Fino, Romain Cuvillez, Grégoire Lauvin, Bertrand Wolff, Damien Ravnich
Remerciements : GMEM (Marseille), 3BISF (Aix-en-Provence), Fotoprod (Marseille), Ateliers Claus (Bruxelles), M2F Créations | Lab-GAMERZ (Aix-en-Provence).

Paul Destieu vit et travaille à Marseille, France.
Ses recherches interrogent l’évolution des médias et la place qu’ils occupent dans notre environnement actuel. Ses réflexions sont sensiblement nourries par l’histoire des technologies, des langages, du son ou du cinéma. Sa pratique de l’image se développe dans une relation élargie à d’autres médias, à la recherche de nouvelles formes d’expression et de logiques de création par le biais du son, de mises en espace, des outils numériques et de l’architecture. Son travail investit de manière transversale les tensions qui se jouent entre l’émergence et la disparition d’outils à différentes époques. Il s’agit alors de pousser ces technologies dans leurs retranchements, à la limite de leur point de rupture, pour alimenter autant de sens de relecture de notre histoire.
Il est à l’initiative d’Otto-​​Prod /​ La Vitrine avec Luce Moreau et participe à la mise en place d’échanges entre la France et la Slovénie ainsi que dif
férentes initiatives culturelles autour de cette dynamique.